Organisation d’une session de piégeage…

Poser les pièges dans un karst, ça ne s’improvise pas ! Au contraire, ça demande toute une préparation…

La première étape consiste à choisir l’endroit où aller poser nos pièges. Il faut localiser un massif karstique sur la carte et repérer l’itinéraire pour s’y rendre.

C’est la première source de soucis ! Je me méfie désormais des estimations kilométriques d’Anan et Toto depuis que 95 km se sont subitement transformés en 200 km de routes de terre pour finalement arriver à une grotte qui n’était pas du tout celle prévue… Résultat 6h de route aller-retour pour rien ! Heureusement, nous avons le karaoké dans la voiture pour faire passer le temps ! 😉

Une fois arrivés dans les environs du karst, rien n’est encore gagné… C’est généralement à ce moment-là que l’on prend peur en se disant « Comment vais-je bien pouvoir grimper dans ce truc ?! ».

Le plus souvent, on essaie de discuter avec la population locale pour obtenir des infos. Et parfois on nous répond : « Ah non ! N’allez surtout pas là-bas ! C’est rempli de cobras, vous vous feriez tuer en moins de 10 minutes ». Evidemment, après avoir entendu cela, Toto n’a plus aucune envie de mettre les pieds dans cette grotte (et moi non plus d’ailleurs). Résultat : on abandonne tout espoir pour ce karst => Retour à la case départ ! Game over !

On s’entend également parfois dire : « Hors de question de poser des pièges dans ce karst ! Il est sacré ! ». Et là, il faut cacher sa déception et son envie de transgresser l’interdit car ce karst avait tout de même l’air vachement intéressant et en plus, pour une fois, facilement accessible. Ce n’est pas grave, on tente le coup ailleurs, je commence à m’habituer !

Lorsqu’il s’agit d’un temple, c’est un peu différent. Il faut parlementer avec les moines. Ce sont évidemment Anan et Toto qui s’y collent (ben oui je ne parle pas Thaï et en plus, je ne sais pas trop si je peux parler aux moines ou pas). Les moines sont généralement coopérants quand on leur explique qu’on relâche les animaux capturés. Avant de poser les pièges, Toto et Anan doivent effectuer tout un rituel religieux : prière devant chaque Bouddha, encens, bougies, petite cérémonie avec un verre d’eau près d’un arbre (tout ça en enlevant ses chaussures dans les parties sacrées de la grotte et en les remettant entre les deux. Je ne vous dis pas les complications quand il y a 3 ou 4 Bouddhas répartis dans des grottes différentes). Nous faisons également des dons dans chaque temple où nous posons les pièges, c’est assez varié, du café aux lampes néons en passant par le sucre et les biscuits. Avec tout ça, je suppose que les Thaïs espèrent s’attirer les faveurs de Bouddha et faire le plein de captures… Malheureusement, ça n’a pas l’air de bien fonctionner jusque maintenant ! Faudrait peut-être que je m’y mette moi aussi…

Donc, finalement, après avoir éliminé les karsts pour lesquels on n’a jamais trouvé le chemin pour s’y rendre, ceux qui sont envahis par les cobras, ceux qui sont sacrés, trop petits ou carrément inaccessibles, il ne reste plus grand-chose, mais toujours assez que pour travailler tous les jours non-stop pendant un mois !

Une fois le site de piégeage sélectionné, il reste à faire le plus important, poser les pièges ! Tout d’abord, sélectionner le type d’appât… A ce sujet, les avis divergent dans le groupe. Moi, je suis pour la banane ! Ca sent relativement fort (et bon !), ça se conserve pas trop mal dans le piège pendant 3 jours (la durée moyenne d’une session de piégeage), c’est pratique à manipuler et facile à conserver dans la voiture. Et puis, on peut les manger quand on a un petit creux 😉 Seulement voilà, comme le nombre de nos captures est vraiment très faible lors de cette mission, Toto et Anan, toujours pleins d’idées, ont plusieurs fois tenté d’innover… sans grand succès pour l’instant. Ils ont tout d’abord essayé le mélange viande de porc/farine de riz. J’ai réussi à les en dissuader plusieurs fois avant qu’ils ne me demandent plus mon avis et me mettent devant le fait accompli. Alors, première chose, ça pue (et je vous épargne la description de l’odeur quand on a oublié le sachet de viande dans la voiture pendant une nuit…) ! Et puis, ce n’est pas du tout pratique à manipuler, ça demande beaucoup de temps, ça se désagrège sous la pluie et… ça ne marche pas mieux que la banane ! Idée abandonnée par ses concepteurs très rapidement…

Ensuite Toto a eu une idée de génie, la noix de coco braisée… Je ne sais pas où il a été chercher ça mais, à part une odeur de brûlé, ça ne sent rien de particulier et ça n’a attiré aucun rat ! Innovation également rapidement oubliée…

Toto a eu une autre illumination : placer un morceau de coton blanc devant l’appât pour que le rat soit attiré par la blancheur du coton pendant la nuit… Au départ, en sachant que la vue est loin d’être le sens le plus utilisé par les rongeurs, j’étais sceptique. Je le suis encore plus depuis qu’un rat aveugle d’un œil s’est fait piéger 3 nuits de suite dans nos pièges. Celui-là ne voyait pas grand-chose et ça ne l’a pas empêché de se faire prendre à plusieurs reprises…

Lorsque les pièges sont appâtés, il ne reste plus qu’à les poser ! Plus facile à dire qu’à faire (trimballer 15 pièges sur son dos tout en gravissant un karst n’est pas toujours une simple petite promenade…). Il n’y a pas vraiment de règles pour le choix des endroits où poser les pièges, à part suivre son instinct de chasseur… Et visiblement, certains ont un instinct plus développé que d’autres…

Il faudra ensuite vérifier chaque piège tous les jours, pour bien souvent (et même presque systématiquement) le trouver vide… Il est donc important d’avoir bien retenu où l’on a posé les pièges. Et visiblement, certains ont une meilleure mémoire que d’autres… 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :