De retour au pays !

Comme vous vous en doutez certainement au vu de l’inactivité du blog, la mission est maintenant terminée et je suis rentrée en Belgique ! Je suis désolée de mon silence ces derniers temps mais les derniers jours en Thaïlande furent très chargés et beaucoup de boulot m’attendait au labo dès mon retour !

Malheureusement, la deuxième partie de cette mission s’est terminée comme elle avait commencé, c’est-à-dire sans le moindre rat… C’est donc sans regret que nous avons quitté la région de Mae Sot pour rentrer à Bangkok et ranger le matériel jusqu’à la prochaine mission ! Comment expliquer cette absence de captures ? Quelques hypothèses :

          Leopoldamys neilli n’est pas présent dans la région et les grottes n’abritent pas de rats (ce qui est difficile à croire puisque nous avons vu de nombreuses empreintes de pattes de rat sur le sol des grottes).

          L. neilli est présent dans la région mais les effectifs sont très faibles en cette saison (saison sèche) et nous avions donc très peu de chances d’en piéger à cette époque. Dans ce cas, piéger en saison des pluies nous aurait peut-être permis de capturer quelques rats.

          Les rats sont présents en grand nombre dans la région de Mae Hong Son mais ils n’aiment ni les bananes (alors que les rats de Kanchanaburi les adorent), ni le poisson séché, ni les sardines… et n’avait donc aucune envie de rentrer dans nos pièges !

         Les zones forestières étant bien préservées dans la province de Mae Hong Son, les populations de rats forestiers ne sont pas obligées de se réfugier dans les massifs karstiques et se dispersent beaucoup plus que dans d’autres régions où la forêt a disparu depuis longtemps et où les rats forestiers sont donc obligés de fuir là où subsiste un peu de forêt, c’est-à-dire sur les karsts. La densité de rats vivant dans les karsts dans des zones très forestières serait alors moins élevée que dans zones où a disparu la forêt et les probabilités de piéger ces rats plus faibles également.

Autre explication un peu moins scientifique, l’astrologie chinoise 😉 L’année chinoise du rat s’est terminée le 26 janvier pour faire place à l’année du bœuf. Or, à partir du 26 janvier, nous n’avons plus capturé le moindre Leopoldamys, nous n’avons capturé que quelques rats dans la région de Ratchaburi les jours suivants et puis plus rien du tout en février. Est-ce l’année du rat qui nous a porté chance lors cette première année de piégeage en Thaïlande et qui nous a permis de capturer de nombreux rats ? Devrons-nous attendre la prochaine année du rat avant de piéger de nouveau des Leopoldamys ? J’espère que non ! La prochaine année du rat est prévue pour 2020…

Coucher de soleil dans la région de Pu Chee Fa à la frontière laotienne.

dsc02372

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :