Fabrication de la soie à Chaiyaphum

Alors que nous recherchions des karsts dans la région de Chaiyaphum, nous sommes passés par le village de Ban Khwao, spécialisé dans la fabrication de la soie. Une gentille petite Madame m’a fait découvrir en quelques instants comment elle fabriquait, avec son mari, de la soie artisanale.

La soie est produite par les vers à soie (Bombyx du mûrier) qui se nourrissent exclusivement de feuilles de mûrier. La première étape de la fabrication de la soie consiste donc à élever ces vers à soie.

DSC

Ici en Thaïlande, tout se fait dans de grands paniers plats.

Une femelle Bombyx pond plusieurs centaines d’œufs avant de mourir quelques jours plus tard.

DSC0

DSC04866

Une fois éclos, les petits vers se nourrissent des feuilles de mûrier fournies plusieurs fois par jour par l’éleveur et ils vont grandir jusqu’à mesurer 7-8 cm.

DSC

DSC

Après environ un mois, les chenilles vont cesser de s’alimenter et cherchent à grimper. Elles sont alors prêtes à se métamorphoser et tisser leur cocon.

DSC04875

A ce moment-là, l’éleveur les transfère dans un panier avec un support intérieur formé de cercles concentriques qui permet au ver de se fixer et de démarrer le tissage du cocon avec sa salive.

DSC04876

C’est de ce cocon formé d’un seul fil mesurant de un à deux kilomètres que sera issue la soie. Avant que la métamorphose de la chenille ne soit complète, les cocons sont retirés de leur support et nettoyés superficiellement.

DSC

DSC 

Ensuite les cocons seront ébouillantés afin de tuer le ver et pouvoir récupérer le fil de soie sans le briser. Les vers morts seront récupérés et mangés. Cette machine permet de dévider les fils des cocons et de filer la soie.

DSC

DSC

Par la suite, la soie subira différents traitements pour en améliorer la qualité et la colorer.

DSC04870

Une des techniques de coloration utilisée ici est le « mat-mii ». Cette technique consiste à tendre les fils sur un cadre en bois et ensuite, à entourer des groupes de fils par du plastique pour former un dessin.

DSC

Puis le cadre de bois est plongé dans la teinture qui va colorer les parties des fils découvertes et laisser intactes les zones couvertes par le plastique. Tout ceci est répété plusieurs fois avec des motifs et des couleurs différents afin, une fois que les fils seront tissés, d’obtenir de jolis motifs colorés.

Comments
2 Responses to “Fabrication de la soie à Chaiyaphum”
  1. Tiens c’est marrant de comparer les techniques, je viens de visiter il y a une semaine une ferme à soie au Cambodge.

  2. Alice dit :

    Et justement, quelles sont les différences avec le Cambodge ? Parce que moi je n’ai pas eu l’occasion de visiter une ferme à soie au Cambodge…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :